Peut-on faire confiance à Éric Zemmour? La question n’est pas là

⏱ Temps de lecture: 2 minutes

Peut-on faire confiance à Éric Zemmour ? La question n’est pas là, et voici pourquoi: Eric Zemmour dénonce l’immigration incontrôlée, le droit d’asile généralisé, le discours contre l’Homme blanc hétéro… Bref, il se présente comme un partisan de la préférence nationale.

Seulement, la préférence nationale n’a de sens que si elle repose sur une nation véritable. Et pour être véritable, une nation doit, à son tour, reposer sur un peuple soudé, c’est-à-dire un peuple conscient d’avoir un destin commun, à réaliser ensemble. Le problème n’est donc pas Éric Zemmour, mais les Français.

Limitons les Français aux Blancs «de souche». Sont-ils soudés par un sentiment d’un destin collectif, c’est-à-dire d’un Bien commun qui les dépasse?
Si oui, alors les Français se donneront et se sacrifieront jusqu’au bout pour sauver la Nation.
Si non, alors on peut dire que, dans leur majorité au moins, les Français vivent pour eux-mêmes, c’est-à-dire en égoïstes. Or, dès août 1940, Lucien Romier avait constaté:

L’égoïsme est le vice le plus constamment développé en France par une mauvaise éducation, à tous les degrés de la société. Il entraîne mille sortes de défaillances individuelles et collectives : il est la source de la lâcheté, des formes les plus vulgaires de la paresse comme de la grossière présomption critique, de l’incapacité à tirer leçon des expériences, à réagir contre les circonstances qui déconcertent l’amour-propre, et de cette mortelle manie qu’ont trop de gens de raisonner ou d’agir comme si leur intérêt personnel pouvait dédaigner l’intérêt commun1.

Quatre-vingts ans après, ce texte n’a rien perdu de son actualité.

Un peuple animé par un vrai sentiment national voit un Hitler se lever pour le sauver.
Un peuple égoïste élit Emmanuel Macron. Pire : sachant que chez ce peuple, le sentiment national n’existe plus, alors pour défendre la «préférence nationale», il n’a plus qu’une Marine Le Pen ou un Éric Zemmour.

Le problème n’est pas Zemmour, mais le peuple Français. S’il se réveille et accepte l’idée de se sacrifier pour un Bien commun qui le dépasse, alors un homme providentiel ou une femme providentielle surgira. En attendant, le peuple se querellera autour d’une Marine Le Pen ou d’un Éric Zemmour, pendant que le pays s’enfoncera toujours davantage.